Fonctionnement des offres de SMS (marché de détail et marché de gros)


sms

Un « SMS » (Short Message Service) ou service de message court est un message écrit, composé de 160 caractères maximum, chacun codé sur 7 bits. Ce service est disponible sur la totalité du parc de terminaux en circulation sur le marché mobile.

Deux catégories de SMS peuvent être distinguées :

  • les SMS « interpersonnels » qui sont le vecteur d’une conversation, le plus souvent entre deux personnes physiques, plus rarement entre une personne et une machine (voire entre deux machines). Ces SMS représentent plus de 90 % des terminaisons de SMS en volume ;
  • les SMS « de contenu » qui mettent en relation un utilisateur final et une entreprise. Ces SMS de contenu sont le vecteur de transmission d’un service de notification ou d’accès à un contenu, gratuit ou payant (de type météo, publicité, réponse annuaire, horoscope, alerte bancaire…).

D’un point de vue technique, la terminaison d’appel SMS désigne la partie terminale du réseau de l’opérateur mobile de l’appelé permettant de joindre le client final. D’un point de vue économique, la terminaison d’appel SMS constitue le prix de gros que se facturent les opérateurs mobiles entre eux pour joindre le client final selon le modèle dit du calling party pays. Elle constitue, pour l’opérateur de l’appelé, un revenu qui est payé par les opérateurs mobiles tiers qui tentent de joindre une personne hébergée sur son réseau. Pour l’opérateur mobile de l’appelant, elle représente une charge qu’il paye aux opérateurs mobiles tiers lorsque son client tente de joindre une personne hébergée sur le réseau d’un autre opérateur mobile.

Pour acheminer un SMS à destination du client final, il existe plusieurs modalités d’interconnexion :

  • les offres d’interconnexion à destination des autres opérateurs mobiles et des full MVNO. Ce mode d’acheminement impliquant une interrogation directe du HLR (Home Location Register) de l’opérateur de l’appelé par l’opérateur de l’appelant, il nécessite la mise en place de moyens techniques spécifiques, ainsi qu’une sécurisation particulière. Le HLR est en effet un élément sensible sur un plan technique et commercial, dans la mesure notamment où il regroupe toutes les informations sur les abonnés autorisés à utiliser un réseau GSM.
  • les offres de « SMS Push » qui s’adressent notamment aux opérateurs fixes, aux FAI et aux agrégateurs de SMS;
    Aussi appelés « facilitateurs », les agrégateurs de SMS sont un intermédiaire entre les éditeurs de services et les opérateurs mobiles pour ce qui concerne l’envoi de SMS de contenu. Sur les marchés de gros, les SMS Push constituent des offres plus complètes que la seule prestation de terminaison d’appel SMS utilisée par les opérateurs mobiles, dans la mesure où c’est l’opérateur mobile de l’appelé qui gère lui-même l’interrogation du HLR et les problèmes de sécurisation
  • l’achat de SMS de bout en bout destiné aux light MVNO dans le cadre de leur contrat MVNO existant.

Calling party pays:
Sur les marchés de détail, le coût de l’appel est intégralement supporté par l’émetteur, tandis que la réception de l’appel est gratuite pour le destinataire final. Il n’en va pas de même sur les marchés de gros sur lesquels la terminaison d’appel – vocal fixe, vocal mobile ou SMS – est fixée par l’opérateur de l’appelé et payée par l’opérateur de l’appelant.

Extrait de l’Avis n° 13-A-17 du 14 octobre 2013 relatif à une demande d’avis de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes portant sur l’analyse des marchés de gros de la terminaison d’appel SMS sur les réseaux mobiles en métropole et outre-mer pour la période 2014-2016.(Source Autorité de la concurrence).

 

Fonctionnement des MVNO

Les MVNO ne disposant pas d’un réseau en propre, ils doivent, pour bâtir leurs offres de téléphonie mobile, acheter des prestations (minutes de communication, SMS, unités de données) sur un marché de gros de l’accès et du départ d’appel sur les réseaux mobiles, sur lequel les opérateurs de réseau offrent des prestations de gros dont les opérateurs mobiles virtuels sont les acheteurs.

Le fonctionnement et les enjeux concurrentiels de ce marché sont fortement marqués par la structure de l’offre et le comportement des offreurs sur ce marché, qui sont eux-mêmes conditionnés par le fait que les offreurs sont tous verticalement intégrés et présents sur le marché de détail.

Le nombre d’offreurs sur ce marché de gros est limité, du fait de l’importance des barrières à l’entrée. L’offre est ainsi composée des trois plus anciens opérateurs, ainsi que du nouvel entrant. Orange France, SFR et Bouygues Telecom hébergent chacun à la fois des light MVNO et des full MVNO. Si Free Mobile a bien publié deux offres de référence, l’une destinée aux light MVNO, l’autre aux full MVNO, aucun opérateur mobile virtuel n’a à ce jour souscrit à l’une ou l’autre de ces deux offres. Free Mobile ne dispose en effet pour l’instant que d’une couverture en propre limitée, estimée à 37,3 % au 1er juillet 2012. L’entrée du nouvel opérateur n’est donc pas susceptible à ce stade de modifier significativement l’équilibre concurrentiel sur le marché de gros.

La dynamique concurrentielle sur le marché de gros est aussi liée à celle existant sur le marché de détail. Les offreurs de prestations de gros sont des opérateurs de réseau vendant des prestations d’accès à des opérateurs mobiles virtuels qui sont leurs concurrents directs sur le marché de détail : ils vont donc adapter leurs offres de gros en fonction de l’état de l’offre et de la demande sur le marché de détail. Les opérateurs de réseau mettent ainsi en balance, d’une part, les profits additionnels qu’ils peuvent générer grâce à l’accueil de MVNO (notamment en cas de nécessité forte de remplir leur réseau en bénéficiant d’une synergie avec des opérateurs mobiles virtuels présentant un avantage commercial sur eux), et, d’autre part, les pertes de revenu induites sur le marché de détail (liées au risque de cannibalisation de leur base clients existante ou future et d’une concurrence par les prix accrue).

[../..]
Les conditions tarifaires (structure, niveau des prix de gros) des contrats liant les opérateurs mobiles virtuels aux opérateurs hôtes semblent cependant toujours limiter la capacité des MVNO à réellement concurrencer les opérateurs historiques sur le marché de détail.

MVNO Opérateur hôte Lancement commercial
Afone (Afone Mobile et Leclerc Mobile) SFR 2007
Alphalink (MVNA) SFR -
Auchan Telecom SFR et Bouygues Telecom 2009
Bazile Telecom Orange France 2009
BUZZmobile (ex Mobisud) SFR 2006
Coriolis (Coriolis Mobile & Saint-Hubert Mobile) SFR 2006
KPN (Ortel Mobile) Orange France 2006
France Télécom Orange France 2009
Futur Telecom SFR 2006
IC Telecom SFR 2011
La Poste Mobile SFR 2006
Lebara Mobile Bouygues Telecom 2010
Legos SFR -
LTI Telecom SFR 2011
Lycamobile Bouygues Telecom 2011
Mundio Mobile (Delight Mobile & Vectone) SFR -
NRJ Mobile (NRJ Mobile & CIC Mobile & Crédit Mutuel Mobile) Orange France et SFR 2005
Numericable Bouygues Telecom 2008
Oméa Télécom (Breizh Mobile & Casino Mobile & Télé 2 Mobile & Virgin Mobile) Orange et SFR 2004
Prixtel SFR 2009
SCT Telecom SFR et Bouygues Telecom 2010
SISTEER (MVNA) SFR 2009
SNBL (Joe Mobile) SFR 2012
Symacom Orange France 2009
Transatel (MVNO et MVNA) Orange France 2002

Source: Autorité de la concurrence (Avis n° 13-A-02 du 21 janvier 2013)