Classement des secteurs par chiffre d’affaires

Ce tableau donne le chiffre d’affaires 2014 en millions d’euros des secteurs définis par l’INSEE selon la nomenclature d’activités française – NAF rév. 2, 2008.

NAFSecteur d'activité (NAF rév. 2)Chiffre d'affaires Hors TaxesChiffre d'affaires à l'exportationValeur ajoutéeFrais de personnel
0220Z Exploitation forestire 1.743 218 373 257
0610Z Extraction de ptrole brut 371 0 277 25
0620Z Extraction de gaz naturel 0 0 0 0
0811Z Extraction de pierres ornementales et de construction, de calcaire industriel, de gypse, de craie et d'ardoise 575 93 153 118
0812Z Exploitation de gravires et sablires, extraction d'argiles et de kaolin 4.721 237 1.418 763
0891Z Extraction des minraux chimiques et d'engrais minraux 79 3 5 11
0892Z Extraction de tourbe 67 4 7 8
0893Z Production de sel 234 20 16 51
0899Z Autres activits extractives n.c.a. 197 115 42 35
0910Z Activits de soutien l'extraction d'hydrocarbures 330 245 143 214


Chiffre d’affaires par secteur d’activité

En 2014, les entreprises des secteurs d’activité marchands hors agriculture et secteur financier qui exercent leur activité sur le territoire français dégagent un chiffre d’affaires hors taxes de 3 805 milliards d’euros, dont près de 44 % est réalisé dans le secteur du commerce de gros et de détail, transports, hébergement et restauration. Le chiffre d’affaires du secteur industriel atteint 1 038 milliards (27%), porté essentiellement par l’industrie manufacturière.

Répartition du chiffre d’affaires par secteur d’activité

Répartition du chiffre d’affaires par secteur d’activité





source: INSEE-ESANE 2014. Esane (Élaboration des Statistiques Annuelles d’Entreprises) propose chaque année une photographie des entreprises composant le système productif.

Champ : France – Ensemble des entreprises marchandes y compris auto-entrepreneurs, hors agriculture et hors services financiers et d’assurance (mais y compris auxiliaires de services financiers et d’assurance, sociétés holdings)

Le secteur hôtelier en France

Le secteur hôtelier employait environ 150 000 personnes en 2012. Première destination touristique mondiale par le nombre de séjours de touristes internationaux, la France compte environ 17 000 hôtels réalisant un chiffre d’affaires de près de 16 milliards d’euros, dont près de 12 milliards d’euros concernent des voyages de loisirs et d’affaires indépendants, hors dispositifs de voyage des entreprises.

Secteur hôtelier 5510Z: Hôtels et hébergement similaire

Résultats sectoriels 2011, Hôtels et hébergements similaires (5510Z)

Les hôtels se répartissent en trois catégories : les chaînes hôtelières intégrées, les chaînes hôtelières volontaires et les hôtels indépendants. Les chaînes hôtelières intégrées (Accor, B&B Hotels, Louvre Hotel Group, etc.) rassemblent environ 20 % des établissements hôteliers représentant 40 % des capacités d’hébergement et les chaînes volontaires (Best Western, Logis Hotel, etc.) 30 % des établissements et 25 % des capacités d’hébergement. Les 50 % restant sont des hôtels indépendants représentant environ 35 % des capacités d’hébergement.

Les chaînes intégrées (environ 60 enseignes recensées en France) comprennent des établissements hôteliers qui sont sélectionnés en fonction de critères déterminés par chaque chaîne. L’appartenance à une chaîne intégrée suppose l’acceptation par l’hôtelier d’un nombre important d’obligations en termes de prestations et de respect de normes, notamment de service et de sécurité. Parmi les membres des chaînes intégrées, l’établissement peut opérer en qualité de filiale d’un groupe, ce qui suppose une intégration totale et directe, ou en tant qu’hôtel géré sous contrat de gestion ou franchisé (dont Novotel, Clarion, B&B Hôtels, Campanile ou encore Première Classe).

Les chaînes volontaires (environ 25 enseignes recensées en France) regroupent exclusivement des hôteliers indépendants qui deviennent adhérents en signant un contrat d’affiliation. De manière générale, les hôtels membres des chaînes volontaires, qui restent des indépendants, conservent une très grande liberté dans l’organisation et la gestion de leur établissement vis-à-vis de l’enseigne (dont Logis, Best Western, Inter Hôtel, Relais du Silence ou encore Châteaux & Hôtels Collections).

La France étant une destination touristique prisée, la part des voyageurs étrangers y est
relativement importante. D’après l’Insee, la clientèle étrangère représentait 43 % des
nuitées en 2011. Cette clientèle étrangère utilise plus le canal en ligne pour la réservation
d’hôtels français que la clientèle nationale.

Extrait de la décision du 21 avril 2015 sur les pratiques mises en œuvre par les sociétés Booking.com B.V., Booking.com France SAS et Booking.com Customer Service France SAS dans le secteur de la réservation hôtelière en ligne

La CSG et les cotisations sociales personnelles dans les régimes des professions indépendantes (professionnels non-salariés)

La contribution sociale généralisée (CSG) est un prélèvement obligatoire qui participe au financement de la sécurité sociale.

La CSG est prélevée sur le montant brut des revenus salariés ou non salariés :

  • Salaires
  • Primes et indemnités diverses
  • Avantages en nature ou en espèces
  • Bénéfices industriels et commerciaux
  • Bénéfices agricoles

La CSG est prélevée sur tous les revenus de remplacement, notamment les revenus suivants :

  • Allocations chômage
  • Allocations de préretraite
  • Pensions de retraite
  • Pensions d’invalidité
  • Rentes viagères à titre gratuit
  • Indemnités et allocations diverses.

csg et cotisations sociales rsi

Découvrez le montant 2014 des cotisations sociales pour les professionnels non-salariés : maladie, famille, retraite, CSG …

Les professions libérales (non-salariées) regroupent les entrepreneurs individuel, l’associés unique d’EURL, les associés de SNC, les associés de SCP, le gérant majoritaire de SARL.

Les professionnels non-salariés ne cotisent pas sur la base habituelle des cotisations patronales et salariales.

Pour un artisan, les charges sociales totales sont supérieures à 45%. Pour une profession libérale, ça tourne plus autour de 35%.

Voici les taux et les montants des charges sociales pour 2014.

Maladie et maternité: 6,50 % de la totalité du revenu professionnel net

Indemnités journalières maladie : Pour les artisans et les commerçants: 0,7 % du revenu professionnel jusqu’à 5 fois le PASS

Allocations familiales: 5,25 % de la totalité du revenu professionnel net

Assurance vieillesse de base:

Pour les artisans, les industriels et les commerçants:

• 17,15 % (16,95 % + 0,20 %) dans la limite du PASS et,

• 0,20 % sur la totalité du revenu au-delà du PASS

Pour les professions libérales (sauf avocats):

• 10,10 % du revenu professionnel net jusqu’à 85 % du PASS soit 31.916 € et,

• 1,87 % de la part du revenu comprise entre 85 % et 5 fois le PASS

Assurance vieillesse complémentaire obligatoire:

Pour les commerçants et les artisans:

• 7 % du revenu professionnel net dans la limite du plafond spécifique (37.513 €) et

• 8 % sur la part de revenus comprise entre ce plafond spécifique et 4 fois le PASS

Pour les professions libérales: Cotisation variable selon la profession

Invalidité et décès :

Pour les artisans: 1,60 % du revenu professionnel net dans la limite du PASS

Pour les commerçants: 1,10 % du revenu professionnel net dans la limite du PASS

Pour les professions libérales: Cotisation variable selon la profession

C.S.G : 7,50 % sur la totalité du revenu professionnel (cotisations obligatoires personnelles de Sécurité sociale comprises)

C.R.D.S. : 0,50 % sur la totalité du revenu professionnel (cotisations obligatoires personnelles de Sécurité sociale comprises)

Participation formation :

Pour les artisans: 0,29 % du PASS, 0,17 % en Alsace-Moselle

Pour les commerçants et les professions libérales: 0,25 % du PASS

 

Plafond annuel de la Sécurité sociale (PASS) pour 2014 : 38.548 e / Taux de cotisations en vigueur au 1er janvier 2014

Source : www.rsi.fr

Cotisatons sur les revenus d’activité et de remplacement

Les ventes privées par internet, un secteur qui s’ouvre

Les ventes privées et les ventes flash se sont largement développées dans le sillage du leader Vente-privee.com.

Ventes Privees par internet

Le déstockage permet aux fabricants d’écouler leurs stocks de produits neufs, issus de collections précédentes et n’ayant pas trouvé preneur lors de leur première mise en vente dans les réseaux traditionnels. Ainsi, les fabricants peuvent limiter leurs pertes en revendant, même à bas prix, ces stocks, en évitant notamment d’éventuels coûts de destruction.

Au sein de l’univers du déstockage, les ventes privées en ligne présentent les trois caractéristiques suivantes :

  1. parfois dénommées « ventes privées », elles proposent à un club de membres préalablement inscrits gratuitement sur Internet, puis invités aux ventes par le biais de l’envoi régulier d’emails, des produits de marques à des prix fortement décotés (les décotes peuvent aller jusqu’à 70 ou 80 %) par l’intermédiaire d’un site Internet spécialisé ;
  2. le site Internet respecte une charte graphique qui permet notamment une valorisation des produits disponibles à la vente, sans nuire à l’image des marques ainsi commercialisées ;
  3. les ventes événementielles en ligne se déroulent, pour un produit donné, sur une période de temps très limitée – en général quelques jours.

Initialement privilégié dans le prêt-à-porter, ce mode de distribution se généralise aujourd’hui à de nombreux secteurs d’activité et concerne désormais la plupart des produits de consommation (principalement textile, mais aussi alimentaire, mobilier, hi-fi, etc.) et certains services (ie, voyages, spectacles). Le chiffre d’affaires que représente la vente des produits issus du déstockage aux sites de ventes événementielles reste peu élevé pour les marques, dont l’objectif principal, et le coeur d’activité, consiste d’abord à tirer des revenus des ventes directes des collections en cours. En effet, la part du chiffre d’affaires généré par le déstockage représente en moyenne, pour les fournisseurs, 6,1 % de leur chiffre d’affaires total.

Extrait de la décision n° 14-D-18 du 28 novembre 2014 relative à des pratiques mises en oeuvre dans le secteur de la vente événementielle en ligne – L’Autorité de la concurrence.

L’organisation de ventes privées

Il s’agit d’un modèle de vente réservant à une communauté d’adhérents, notamment recrutés par parrainage, la possibilité de participer à des ventes successives, à durée limitée, de produits de marques avec de fortes réductions.

Jean-Rémi Gratadour précise que « les sites de vente privée se sont appuyés sur une faille de la réglementation des soldes, qui sont permises à condition de présenter ce caractère privé. Il suffit donc de s’inscrire (gratuitement) à ces ventes, lorsqu’elles sont signalées par ces sites, pour bénéficier de soldes à tout moment de l’année. Il s’agit d’un marché représentant un milliard d’euros en France, dont le site éponyme draine 700 millions d’euros ».

Outre « Venteprivee.com » et « Showroomprivé » en France, ce modèle est suivi, par exemple, par « ruelala.com » aux Etats-Unis. Par leur intermédiaire, les marques peuvent non seulement déstocker à prix bas sans nuire à leur image, mais encore accroître la fréquentation de leurs sites.

Extrait du Rapport d’information n° 272 (2011-2012) de M. Joël BOURDIN, fait au nom de la Délégation à la prospective, déposé le 18 janvier 2012 Commerce électronique : l’irrésistible expansion

Secteur de la vente événementielle par Internet (vente privée)

VentePriveeLe déstockage permet aux fabricants d’écouler leurs stocks de produits neufs, issus de collections précédentes et n’ayant pas trouvé preneur lors de leur première mise en vente dans les réseaux traditionnels. Ainsi, les fabricants peuvent limiter leurs pertes en revendant, même à bas prix, ces stocks, en évitant notamment d’éventuels coûts de destruction.

Au sein de l’univers du déstockage, les ventes événementielles en ligne présentent les trois caractéristiques suivantes :

  1. parfois dénommées « ventes privées », elles proposent à un club de membres préalablement inscrits gratuitement sur Internet, puis invités aux ventes par le biais de l’envoi régulier d’emails, des produits de marques à des prix fortement décotés (les décotes peuvent aller jusqu’à 70 ou 80 %) par l’intermédiaire d’un site Internet spécialisé ;
  2. le site Internet respecte une charte graphique qui permet notamment une valorisation des produits disponibles à la vente, sans nuire à l’image des marques ainsi commercialisées ;
  3. les ventes événementielles en ligne se déroulent, pour un produit donné, sur une période de temps très limitée – en général quelques jours.

Initialement privilégié dans le prêt-à-porter, ce mode de distribution se généralise aujourd’hui à de nombreux secteurs d’activité et concerne désormais la plupart des produits de consommation (principalement textile, mais aussi alimentaire, mobilier, hi-fi, etc.) et certains services (ie, voyages, spectacles). Le chiffre d’affaires que représente la vente des produits issus du déstockage aux sites de ventes événementielles reste peu élevé pour les marques, dont l’objectif principal, et le coeur d’activité, consiste d’abord à tirer des revenus des ventes directes des collections en cours. En effet, la part du chiffre d’affaires généré par le déstockage représente en moyenne, pour les fournisseurs, 6,1 % de leur chiffre d’affaires total.

Extrait de la décision n° 14-D-18 du 28 novembre 2014 relative à des pratiques mises en oeuvre dans le secteur de la vente événementielle en ligne – L’Autorité de la concurrence.

Forces de Porter sur l’industrie automobile

Le modèle des cinq forces de Porter est un outil d’analyse stratégique de l’environnement concurrentiel d’un secteur. Le modèle permet de comprendre les dynamiques de concurrence dans un secteur.

Les 5 forces de porter sont des forces concurrentiels qui peuvent s’exercer de manière plus ou moins intense dans un secteur.

Forces de Porter sur l’industrie automobile

Menace de nouveaux entrants : Historiquement, on a pensé que l’industrie automobile était en sécurité : n’importe qui ne pouvait pas venir et commencer la fabrication de voiture. Mais ça n’a pas été vrai, avec l’émergence de concurrents étrangers en particulier asiatiques, disposant de capitaux suffisants, de technologies et de compétences nécessaires ont commencé à prendre des parts de marché aux entreprises locales.

Le pouvoir de négociation des fournisseurs : Les fournisseurs du secteur de l’automobile sont nombreux et s’appuient sur un ou deux constructeurs pour leur acheter la majorité de leurs produits. Si un constructeur automobile décidait de changer de fournisseur, ce serait dévastateur pour l’entreprise. En conséquence, les fournisseurs sont extrêmement sensibles aux demandes et aux exigences des constructeurs automobiles et détiennent très peu de pouvoir de négociation.

Le pouvoir de négociation des clients : Les clients ont été peu à peu désenchantés avec la plupart des voitures vendues par les constructeurs locaux et ont commencé à chercher des alternatives, à savoir les voitures étrangères. Même si les consommateurs sont très sensibles aux prix, ils n’ont pas beaucoup de pouvoir de négociation du fait du peu de voitures qu’ils achètent.

La menace de produits de substitution : Par menace de substitution nous ne parlons pas seulement de voiture différente. Il faut aussi regarder les autres moyens de transport : le bus, le train ou l’avion. Plus le coût de détention d’un véhicule est grand, plus les gens vont chercher des alternatives à la voiture. Le prix de l’essence a un effet très important sur la décision d’achat de véhicule. Lors de la détermination des substituts au voiture dans l’industrie du transport, il faut également considérer le temps, l’argent, les préférences personnelles.

L’intensité de la concurrence entre les entreprises existantes : Le secteur est fortement concurrentiel. Les constructeurs ont généralement de faibles rendements. L’industrie automobile est considérée comme un oligopole, ce qui contribue à minimiser les effets de la concurrence sur les prix. Les constructeurs automobiles ont compris qu’une concurrence fondée sur les prix ne conduit pas nécessairement à l’augmentation de la taille du marché. Historiquement, ils ont essayé d’éviter une concurrence fondée sur les prix, mais plus récemment, la concurrence s’est intensifiée – promotions, financement préféré et à long terme ont contribué à attirer de la clientèle, mais cela a eu aussi pour effet d’augmenter la pression sur les marges.

Les flops technologiques de 2014: Google Glass, Exosquelette, Bitcoin, STAP, Ecran saphir et Aereo

Que nous disent les derniers flops technologiques à propos de l’innovation ?

Toutes les technologies qui réussissent sont semblables, mais tous les flops échouent à leurs manières.
Le succès d’une technologie signifie qu’elle résout un problème; qu’elle soit installée sur un milliard de smartphones ou utilisée par quelques scientifiques qui effectuent des travaux spécialisés.
Mais de nombreuses technologies ne réussissent pas, généralement parce qu’elles ne parviennent pas à l’échelle de l’adoption. Les raisons de l’échec ne sont pas prévisibles.
Ci-dessous notre liste des défaillances technologiques les plus intéressantes de 2014 :

Google Glass
Lunette google
En 2012, Google a présenté au monde entier ses lunettes informatisées qui peuvent montrer des cartes, afficher des e-mails, et de prendre des photos et des vidéos.
Mais à la fin de cette année, les attentes d’un succès des lunettes de 1,500$ furent brisées.
La moitié des développeurs d’applications interrogés par Reuters ont cessé de travailler sur les applications pour les lunettes.
Même le visionnaire Sergey Brin co-fondateur de Google, se mit à ne plus porter les lunettes en publique.
Les lunettes se sont avérées beaucoup moins utiles que prévu.
Les lunettes peuvent encore trouver le succès dans des applications de niches pour peut-être être un succès commercial.

Exosquelette commandé par Électro-encéphalographie(EEG)
Exosquelette commandé par Électro-encéphalographie(EEG)
Permettre à une personne paralysée de se lever d’un fauteuil roulant, de marcher sur un terrain de football, et de donner le coup d’envoi de la Coupe du Monde 2014.
Ce plan ambitieux a été conçu par Miguel Nicolelis, professeur à l’Université Duke, expert en interface homme machine. Après avoir obtenu environ 15 millions de dollars par le gouvernement du Brésil, son équipe s’est empressée de construire – et de déployer un exosquelette robotique – propulsé par les pensées de son porteur.

Le plan était trop audacieux. Les signaux du cerveau collectés par EEG sont tout simplement pas assez bons pour contrôler un exosquelette.
Quand les caméras de la Coupe du Monde montraient la démonstration lors de la cérémonie d’ouverture, ce fut pour trois brèves secondes. On eut juste le temps de voir un ballon de football roulant sur une rampe et un homme paralysé tenu par deux assistants lever les poings en signe de triomphe.
Nicolelis déclara que « 17 mois de travail fou » avait réussi mais pour les téléspectateurs il fut difficile de savoir ce qui s’était réellement passé.
Plutôt que de voir un homme se lever d’une chaise roulante et de marcher, l’exosquelette semblait avoir réalisé une tâche plutôt simple de déplacer un pied en avant.

Bitcoin
Bitcoin
C’était censé être l’année du Bitcoin. Au lieu de cela, la monnaie électronique semble être en perte de vitesse. La valeur d’un bitcoin a chuté de 62% ( à environ $ 310 ) depuis Janvier 2014. Plus inquiétant encore, est que le volume de transactions en bitcoin n’a pas augmenté (environ 60 millions de dollars par jour).
L’idée du Bitcoin reste intrigante – monnaie pair à pair, sans contrôleur central, instantanément transmise ne importe où, et sécurisée par un moteur cryptographique intelligent.

Mais dans la pratique, ça ressemble plus à un système de Ponzi qui attire les spéculateurs. Il est devenu la forme de paiement de choix des cybercriminels professionnels.
Même si Bitcoin a d’ardents défenseurs, force est de constater qu’une monnaie que peu de gens utilisent ne peut pas être qualifiée de succès.

Cellule pour acquisition de pluripotence déclenchée par stimulus (APDS ou en anglais STAP)
Cellule pour acquisition de pluripotence déclenchée par stimulus  (APDS ou en anglais STAP)
Janvier dernier, une équipe au Japon et à l’Université de Harvard ont publié deux articles de grande envergure dans la revue Nature affirmant qu’ils pouvaient transformer n’importe quelle cellule en cellule souche juste en le baignant dans l’acide (connu sous le nom de STAP pour stimulus-triggered acquisition of pluripotency cell: ceux sont des cellules pluripotentes générées à partir de cellules somatiques, grâce à un certain type de stress, en les plongeant dans une solution acide). Le procédé est rapide et facile mais semble trop beau pour être vrai. Lorsque d’autres laboratoires n’ont pas réussi à répéter le processus, il était devenu évident que les résultats avaient été fabriqués par un jeune chercheur ambitieux. En Août, son patron, Yoshiki Sasai, un scientifique de renom à Riken au Japon sur les cellules souches s’est suicidé à 52 ans après avoir dit qu’il avait été humilié. Ce n’est pas la première fois qu’une découverte sur les cellules souches s’est avérée être faux. L’effondrement de cette technologie prometteuse est dû à la pression croissante de publier de grands résultats. Toute la biologie est affectée par cette pression.

Ecran saphir pour iPhone
Ecran saphir pour iPhone
L’iPhone 6 qu’Apple a dévoilé en Septembre était plus grand, plus lisse et plus puissant que les modèles précédents. Mais le téléphone dévoilé n’avait pas d’écran en saphir, un cristal transparent super-dur. Apple espérait que cet écran donnerait un coup de pouce à la vente des téléphones dont le prix avoisine 700$.
Le plan d’Apple à 1 milliard de dollars visant à introduire des écrans plus dures a mal tourné quand il construisit une nouvelle usine de saphir avant que la technologie sous-jacente ait été entièrement maîtrisée.
Tout a commencé, quand Apple a fait appel à GT Advanced Technologies, un développeur de fours innovants, pour faire cuire des cristaux de saphir. Mais la société n’avait aucune expérience de production de cristaux en quantité industrielle, donc de produire suffisamment pour tenir les échéanciers du célèbre marque Apple.

Durant l’été, les problèmes remontèrent. Les grands blocs de saphir nécessaires pour les écrans de téléphone (le saphir est déjà utilisé dans certains montres de luxe, et pour couvrir le caméra de l’ iPhone) devaient cuire un mois dans un four étanche, et malheureusement beaucoup sont sortis cassés.
La fin ne fut pas jolie. GT a déposé son bilan, et est en procès avec Apple.

Antennes minuscules d’Aereo
Antennes minuscules d’Aereo
Voici un problème avec un challenge: les signaux hertziens (gratuits et non cryptés) sont émis par les chaînes locales mais vous ne pouvez pas le regarder sur votre téléphone ou PC. Une start-up, Aereo profitant du vide juridique, propose à ses abonnés, moyennant 8 à 12 dollars par mois, de voir en direct la télévision depuis un ordinateur, une tablette ou un smartphone, et de l’enregistrer.

Aereo loue à chaque utilisateur une antenne râteau miniature, de la taille d’une pièce de monnaie, qui permet de capter le signal hertzien émis par les chaînes locales.

Mais les géants de la TV américaine : Disney, Fox, CBS et NBCUniversal demandèrent à la Cour Suprême la fermeture de la start-up de Barry Diller. Les chaînes font valoir qu’Aereo enfreint leurs droits d’auteur et menacent leur modèle économique, en risquant de les priver des recettes du câble et du satellite. Les chaînes craignent le phénomène encore limité du « cord-cutting », la tendance au désabonnement au câble. Environ 90% des foyers américains sont abonnés au câble ou au satellite, payant en moyenne autour de 50 à 70 dollars par mois.

Le 25 Juin 2014, la Cour a statué que les services d’Aereo enfrenaient la législation du droit d’auteur. Aereo n’avait pas de plan B et a depuis fait faillite. Son site web affiche désormais un message d’adieu : « Nous sommes restés fidèles à notre mission et nous croyons que nous avons joué un rôle important dans les changements positifs du secteur ».

Top 50 des sociétés les plus innovantes: les constructeurs automobiles rétrogradent

tesla1Le Boston Consulting Group a exploré l’état de l’innovation à travers neuf enquêtes depuis 2005. Comme dans les enquêtes antérieures, les résultats de 2014 montrent les 50 entreprises que les dirigeants ont classé comme les plus innovantes, pondérées par leurs rendements des trois dernières années, leurs croissances du chiffre d’affaires et du taux de marge.

En 2013 la liste des 50 entreprises les plus innovantes contenait 14 constructeurs automobiles, dont 9 dans le top 20. En 2014, seulement neuf constructeurs automobiles sont dans la liste, et seulement quatre sont classés dans le top 20. Parmi ceux qui sont dans la liste, seulement deux ont progressé dans le classement: Tesla Motors a grimpé de 34 places et est 7ème et Fiat a grimpé 11 places et est 32ème. La percée de Tesla place la barre de l’innovation très haut pour les constructeurs automobiles. Fiat réémerge comme une marque mondiale grâce à son acquisition audacieuse de Chrysler.

Rang Sociétés
1 Apple
2 Google
3 Samsung
4 Microsoft
5 IBM
6 Amazon
7 Tesla Motors
8 Toyota Motor
9 Facebook
10 Sony
11 Hewlett-Packard
12 General Electric
13 Intel
14 Cisco Systems
15 Siemens
16 Coca-Cola
17 LG Electronics
18 BMW
19 Ford Motor
20 Dell
21 Volkswagen
22 3M
23 Lenovo Group
24 Nike
25 Daimler
26 General Motors
27 Shell
28 Audi
29 Philips
30 SoftBank
31 Procter & Gamble
32 Fiat
33 Airbus
34 Boeing
35 Xiaomi Technology
36 Yahoo
37 Hitachi
38 McDonald’s
39 Oracle
40 Salesforce.com
41 Fast Retailing
42 Wal-Mart
43 Tata Group
44 Nestlé
45 Bayer
46 Starbucks
47 Tencent Holdings
48 BASF
49 Unilever
50 Huawei Technologies

Source: 2014 BCG Global Innovators survey

Les prévisions chocs de Saxo Bank – Les 10 cygnes noirs de Steen Jakobsen pour 2015

cygne noire
Saxo Bank a publié les 10 cygnes noires pour l’année 2015, ces prévisions chocs, ces évènements qui pourraient survenir et faire trembler le marché.

Les prévisions sont basées sur la théorie du cygne noir de Nassim Taleb. Par cygne noir, N. Taleb fait référence à des crises extrêmes dont la probabilité de réalisation est faible mais dont le coût est très élevé. Selon N. Taleb, pour prévoir ces types d’événements, l’expérience historique est de peu d’utilité.
Les prévisions chocs de Saxo Bank ont été réalisées par l’équipe de recherche de Steen Jakobsen, chef économiste de Saxo Bank. 10 cygnes noirs ont ainsi été retenus par Saxo Bank pour l’année 2015 :