Théorie du signal et la valeur de marché de l'entreprise

L’asymétrie d’information qui existe entre les dirigeants et les investisseurs conduit à ce que les investisseurs sous ou sur évaluent l’entreprise. La valeur de l’entreprise est donc influencée par cette asymétrie d’information.

Les dirigeants sont les mieux placés pour prévoir les flux futurs de l’entreprise et aussi des risques que l’entreprise encourt. De l’autre côté, les investisseurs sont toujours à la recherche d’une information qui leur permettrait de faire un arbitrage rentabilité/risque.

Voici des exemples de décisions des dirigeants qui sont porteurs d’information pour les investisseurs :

  • L’émission d’action non justifié par un besoin présent est interprétée par les investisseurs  comme un signal indiquant que l’entreprise est surévaluée. On dit que l’entreprise vaut au maximum le prix de mise sur le marché
  • La vente par un dirigeant de sa participation constitue un signal négatif et inversement s’il renforce sa participation
  • L’augmentation de l’endettement est un signal positif. En effet, un dirigeant ne se financera pas par endettement si les performances de l’entreprise sont mauvaises.

Une mauvaise perception de la réalité de l’entreprise par les investisseurs peut conduire à  ce que le marché sous-évalue l’entreprise. Les dirigeants hésiteront alors à faire une augmentation de capital, le cours étant trop bas. Des opportunités d’investissement seront alors perdues faute de financement.

L’asymétrie d’information ayant un cout pour l’entreprise, elle privilégie les sources de financement dans cet ordre (théorie du pecking order) :

  1. L’autofinancement (pas de signal émis)
  2. La dette peu risquée
  3. La dette sous forme de titres de dettes
  4. L’augmentation de capital (signal négatif). L’entreprise essayera alors de rompre l’asymétrie d’information par des efforts d’information (pubs, roadshow,..).

Speak Your Mind

*

%d blogueurs aiment cette page :